collaboration et soutien avec les rangers du sud Gobi


Soutien technique et implication de rangers dans notre projet

Lors de la mission qui fut conduite en 2008, nous avons pu nous apercevoir avec beaucoup d’étonnement et de stupeur que les rangers travaillant dans les aires protégées et en dehors de ces aires, dans les sud et sud-est Gobi, ne possédaient pour la plus grande majorité d’entre eux, ni jumelles, ni GPS, ni tout autre équipement technique. Or, la mission de ces rangers est de surveiller et de suivre la faune sauvage et toute la biodiversité locale présente dans ces aires protégées, ainsi que de surveiller et contrôler le braconnage illégal des espèces menacées. Une paire de jumelles et un GPS représente l’équipement de base indispensable pour effectuer ce type de travail.
 

L'un des objectifs de notre association est donc d’équiper la plus grande majorité des rangers/gardes des sud et sud-est Gobi, afin de leur permettre de pouvoir effectuer un suivi et un contrôle de la faune sauvage, régulier et de qualité et dans des conditions optimales. Nous souhaitons également employer certains rangers à temps complet et à mi-temps tout au long de l'année. 

Pour en savoir plus

* "Ranger" est le terme couramment utilisé pour désigner les gardes travaillant dans les aires protégées et chargés du suivi et du contrôle de la faune sauvage. Il y a en Mongolie et dans le sud Gobi, des rangers qui patrouillent et surveillent les aires protégées, mais il y en a également qui patrouillent les autres régions qui ne possèdent pas de statut de protection particulier mais où la faune sauvage menacée est également présente.


Coopération sur le long terme et valorisation locale et internationale du statut de ranger

Parce que les rangers vivent dans le Gobi tout au long de l’année et connaissent cette région depuis leur enfance, parce qu’ils côtoient la faune sauvage au quotidien, et qu’ils possèdent une excellente connaissance de celle-ci, de la biodiversité de cette région où ils vivent, ainsi que des coutumes locales, des différentes familles vivant dans cette région, et des difficultés et besoins de la population, il est donc primordial et indispensable de coopérer étroitement avec eux et sur le long terme.

 

C’est grâce à cette collaboration étroite et pérenne avec les rangers que pourront être améliorées les connaissances sur les espèces menacées, sur la nature des relations entre les hommes et la faune sauvage et la nature des menaces affectant la survie des espèces sauvages dont le Khulan. C’est aussi grâce à cette coopération qu’un dialogue avec la population locale pourra être instauré, que son information, son éducation et son implication à la protection de la biodiversité de la Mongolie pourront être optimisées, et que les actions de conservation des espèces menacées pourront être suivies durablement et efficacement.